L’IPV vu dans la presse

la presse
L’Institut Pierre Vernier rapproche la recherche de l’industrie [extrait Vu du Doubs N°159, juin 2008]
« Pour rester compétitives dans une économie mondialisée, les entreprises n’ont rien trouvé de mieux que l’innovation, et celles du Doubs n’échappent pas à la règle. Mais pour innover vite et bien, le transfert de technologie est indispensable. L’institut Pierre Vernier a été justement créé pour connecter l’industrie à la recherche, et inversement (…). »Développement : l’institut Pierre-Vernier opérationnel à Besançon [extrait Les Echos, 04/04/08]
« L’institut est organisé autour de trois axes : le développement technologique, les processus industriels et l’ingénierie de projet.
L’IPV emploie 30salariés. Il est doté d’un budget de 3 millions d’euros (60% public, 40% privé) et a engagé des discussions «sérieuses» avec une vingtaine d’industriels […]. »Montée en puissance de l’Institut Pierre Vernier [extrait macommune.info, 04/04/08] 
Un an après sa création, l’IPV est opérationnel.Le 28 mars dernier, l’Assemblée Générale de l’IPV (centre de transfert de technologie) a approuvé l’apport-fusion du Centre de Transfert des Micro et Nanotechnologies et a annoncé la création
de 3 départements au service des laboratoires de recherche et des entreprises porteurs de projets de transfert de technologies (développements technologiques/atelier pilote, processus industriels et ingénierie de projets).Répartie sur 4 sites et forte d’une équipe de trente spécialistes, cette nouvelle organisation totalement opérationnelle est présidée par Jean-Jacques Gagnepain (ancien directeur de la Technologie au ministère de la Recherche et de
l‘Enseignement supérieur) et est dirigée par Christian Schuller […]. »Recherche – Mettre l’innovation au service des entreprises [extrait Actualités du Conseil régional de Franche-Comté, 09/04/08]
« L’Institut Pierre Vernier (IPV) est comme un adaptateur électrique dont on a
besoin pour relier deux mondes différents – celui de la recherche publique et celui
de l’entreprise – qui ne fonctionnent pas à la même vitesse et n’ont pas les mêmes
enjeux », explique Dominique Jamet, directeur technique du site d’Alstom à
Ornans et membre du Conseil d’administrationhttp://www.franche-comte.fr/fr/toute-l-actualite/les-actualites/realisatio..

Une passerelle entre la recherche et l’industrie [extrait Alsace le pays, 11/04/08]
« C’est en réponse à cette attente que sous l’impulsion de l’État et de plusieurs collectivités, est né, en 2007, un centre d’innovation et de transfert, l’Institut Pierre- Vernier  (IPV),  présidé,  depuis septembre   dernier,   par   Jean-Jacques  Gagnepain,  ancien  directeur de la technologie au ministère de l’Enseignement supérieur.
L’IVP  avait  alors  absorbé  les centres de transfert –essentiellement issus du monde industriel-
Preci, ITSFC, IP et plus récemment le CTMN […] »

Recherche-industrie : transfert à haut débit [extrait Le Progrès, 11/04/08]
L’institut Pierre Vernier (Besançon) consolide ses capacités de transfert

« […] Comptant désormais une trentaine de spécialistes, cet institut a réuni l’ensemble de ses
membres en assemblée générale.
Ingénieurs experts, ingénieurs en intelligence de marché, juristes en propriété
intellectuelle ou chefs de projets, à présent, les compétences des spécialistes de l’IVP
couvrent la plupart des domaines du transfert. L’activité est structurée en trois
départements : développements technologiques-CTMN, processus industriels et
ingénierie de projets. »

L’Interface entre chercheurs et entrepreneurs [extrait La terre de chez nous, 12/04/08]
L’institut Pierre Vernier adopte une nouvelle organisation afin de coller au mieux aux attentes des porteurs de projets.

« Au services des laboratoires et des entreprises, l’institut se présente comme un pont entre ces deux univers. L’IPV permet de mutualiser les moyens et facilite le montage de projets […]. »